Auto-Moto École Les Arcades

L’Apprentissage Anticipé de la Conduite.

Vous allez bientôt souffler vos 15 bougies et vous ne tenez plus en place à l’idée de bientôt pouvoir tenir un volant entre vos mains (depuis le 01/11/14) ? 

Voici quelques infos pratiques pour vous aider à faire votre choix, comparer les avantages et les inconvénients de chacune des formules de conduite accompagnée (AAC, conduite supervisée ou encadrée) et évaluer les capacités et disponibilités de votre potentiel accompagnateur.

Les avantages de l’AAC

  • Le taux de réussite dès le premier passage à l’épreuve de conduite est de 70% pour les élèves ayant suivi l’AAC, contre 52 % par la filière classique (chiffres DSCR).
  • Le passage de l’examen B est possible désormais à 17 ans ½, pour les jeunes ayant suivis cette filière, mais la conduite seule est toujours à partir de 18 ans.
  • Côté assurance, une surprime réduite à 50 % dès la première année, puis à 25 % la deuxième année et qui, s’il n’y a pas eu d’accident, disparaît la troisième année.
  • La réduction de la période du permis probatoire de 3 à 2 ans.
  • Vous démarrez avec un capital de 6 points. L’attribution du nombre maximal de 12 points se fait ensuite progressivement, à raison de trois chaque année pendant deux ans pour l’AAC, contre deux chaque année pendant trois ans pour ceux ayant suivi la filière classique, sous réserve de ne pas avoir commis d’infraction pendant la période probatoire.
  • Et bien sûr l’occasion pour vous d’acquérir une solide expérience de la conduite en situation réelle avant de vous lancer seul sur la route.

Le principe de la formation

L’AAC est une formation de longue durée qui vous permet d’obtenir une plus grande expérience de la conduite avant le passage de l’examen du permis de conduire.

Elle comprend différentes phases :

  • La préparation et le passage de l’examen du  « code de la route »
  • Une phase de formation initiale, dispensée par l’auto-école comportant 20 heures de conduite minimum. En fonction de vos capacités, le moniteur peut suggérer quelques heures supplémentaires ;
  • Ensuite, vous devrez parcourir avec votre ou vos accompagnateurs au moins 3 000 km sur une durée minimale de 1 an.
  •  3 rendez-vous pédagogiques dont 2 obligatoires (de 8 heures en tout) avec votre accompagnateur :

Le 1er est un rendez-vous préalable de préparation des accompagnateurs, avant la phase de conduite (formation initiale).

Le 2ème a lieu entre 4 et 6 mois, après la fin de la formation initiale.

Le 3ème dans les 2 mois avant la fin de la période de conduite accompagnée, lorsque 3 000 km ou plus, ont été parcourus.

Les 2ème et 3ème  rendez-vous comportent 2 phases qui se déroulent à 15 jours d’intervalle. Une phase est faite en circulation pour permettre une évaluation de votre pratique de la conduite et une phase d’entretien (en groupe ou individuel) est réalisée pour partager les expériences vécues et aborder des thèmes relatifs à la sécurité routière.

Les conditions pour suivre l’AAC

De votre côté :

  • avoir 15 ans minimum (l’accord des parents est nécessaire si vous êtes mineur)
  • avoir obtenu le Code
  • avoir suivi au moins 20 heures de leçons de conduite en auto-école et réussi l’évaluation de  formation initiale

Du côté de l’accompagnateur :

  • être titulaire du permis B (en cours de validité) depuis 5 ans au moins (désormais il peut être âgé de moins de 28 ans)
  • ne pas avoir commis de délit routier (alcool, grand excès de vitesse, …)
  • avoir obtenu l’accord préalable de son assureur pour faire cet accompagnement avec son (ses) véhicule(s)
  • l’accompagnateur n’est plus soumis à des conditions d’âge, de lien avec l’élève (il peut être un parent, un ami, un professeur…) et plusieurs personnes peuvent accompagner un seul élève conducteur.

Ce que dit le Code de la route

  • Le livret d’apprentissage doit se trouver à bord du véhicule, ainsi que l’autorisation de l’assurance. En cas de contrôle, ces documents justifient que vous et votre accompagnateur avez le droit de circuler sur la voie publique. Ce livret vous sert par ailleurs de carnet de bord (inscrivez-y vos parcours et temps de conduite).
  • En tant qu’apprenti de la conduite, n’oubliez pas que vous êtes soumis à des limitations de vitesse spécifiques :

–    80 km/h sur route, hors agglomération,

–    100 km/h au lieu de 110 km/h sur voie à accès réglementée et 90 km/h lorsque l’allure est limitée à 90 km/h sur ces mêmes voies,

–    110 km/h au lieu de 130 km/h, 100 km/h au lieu de 110 km/h et 90 km/h si limitée à 90 km/h sur autoroute.

  • Un macaron spécifique (indiquant que le conducteur est en conduite accompagnée) doit être apposé à l’arrière du véhicule, côté gauche sur la carrosserie
  •  En cas d’infraction, sachez que vous pouvez être poursuivi et condamné à une amende. De plus, le préfet peut retirer le livret d’apprentissage et donc vous interdire la conduite accompagnée.
  • La conduite accompagnée peut s’effectuer sur l’ensemble du réseau routier et autoroutier dans la limite du territoire national.
  • Le véhicule utilisé n’a pas à être équipé de dispositifs spéciaux, mais doit impérativement avoir 2 rétroviseurs latéraux extérieurs (droit et gauche).

PROGRAMME DE FORMATION

 

La formation thÉorique

La formation théorique porte sur la connaissance concernant la circulation et la conduite d’un véhicule ainsi que sur le comportement du conducteur.

Cette formation (entraînement au code) pourra être suivie dans :

Les locaux de l’école conduite ou dans les locaux des écoles de conduite partenaires, à savoir : Auto-école Nancéienne (Faubourg des 3 Maisons – 54000 Nancy) et Auto-école Désilles (Cours Léopold – 54000 Nancy).

 Avec en support :

DVD ; Tableau Blanc ; Box Internet « Spécial Code » ; Smartphone, Tablette ou Boîtier « Spécial Code » ; Livre de Code ; Enseignant(e) de la Conduite et de la Sécurité Routière.

La formation théorique porte sur :

  • La vigilance et l’attitude à l’égard des autres usagers de la route ;
  • Les effets dus à la consommation d’alcool, de drogues, de médicaments sur la conduite ;
  • L’influence de la fatigue sur la conduite ;
  • Les risques liés aux conditions météorologiques et aux états de la chaussée ;
  • Les usagers vulnérables ;
  • Les spécificités de certaines catégories de véhicules et les différentes conditions de visibilité de leurs conducteurs ;
  • Les gestes de 1er secours ;
  • Les précautions à prendre en montant et en quittant le véhicule ;
  • Le transport de personne et d’un chargement ;
  • La réglementation relative à l’obligation d’assurance et aux documents administratifs liés à l’utilisation du véhicule.

Les cours thématiques seront dispensés :

Dans les locaux de l’école conduite ou dans les locaux des écoles de conduite partenaires, à savoir : Auto-école Nancéienne (Faubourg des 3 Maisons – 54000 Nancy) et Auto-école Désilles (Cours Léopold – 54000 Nancy) ;

Et par un enseignant de la conduite et de la sécurité routière titulaire d’une autorisation d’enseigner en cours de validité.

Les thématiques traitées sont les suivantes :

  • La vigilance et l’attitude à l’égard des autres usagers de la route ;
  • Les effets dus à la consommation de drogues, d’alcool et de médicaments sur la conduite ;
  • L’influence de la fatigue sur la conduite ;
  • Les risques liés aux conditions météorologiques, aux états de la chaussée ;
  • Les usagers vulnérables ;
  • La pression sociale (travail, publicité, etc.) ;
  • La pression des pairs.

 

La formation pratique

La formation pratique porte sur la conduite d’un véhicule et sur la sensibilisation aux différents risques de la route.

 Quatre compétences sont enseignées et doivent être acquises en fin de formation :

 – maîtriser le maniement du véhicule dans un trafic faible ou nul ;

– appréhender la route et circuler dans des conditions normales ;

– circuler dans des conditions difficiles et partager la route avec les autres usagers ;

– pratiquer une conduite autonome, sûre et économique.

 

Chaque compétence et sous-compétence seront traitées en abordant les points suivants :

– le pourquoi ;

– le comment ;

– les risques ;

– les influences de l’entourage et du mode de vie de l’élève ;

– les pressions exercées par la société, telles que la publicité, le travail, etc. ;

 

– l’auto-évaluation.